Archives par mot-clé : Nuages

Reconnaitre les nuages

La première partie de cet article ne contient que des informations utiles au PPL. Pour plus de détails, vous pourrez lire le dernier chapitre « Pour aller plus loin ».

Nomenclature

Le nom des différents nuages permet d’identifier un certain nombre de leurs caractéristiques. Vous souvenir de ces caractéristiques vous permettra de retenir facilement leur nom.

  • Stratus (et dérivés) : nuages bas, en strates
  • Nimbo : qualificatif associant un nuage à la présence de pluie (nimbostratus, cumulonimbus)
  • Alto : préfixe pour les nuages d’altitude moyenne
  • Cirro : préfixe pour les nuages de haute altitude
  • Cumulus : nuage instable, en forme dite de coton, ou mouton, ou choux-fleur

Classification Verticale

Les nuages peuvent être classés selon 4 catégories en fonction de l’altitude de leur base :

  • Catégorie A : nuages d’altitude. Ils se situent au dessus de 5 km d’altitude. Portent le préfixe Cirro.
  • Catégorie B : nuages d’étage moyen. On les trouve entre 2 et 5 km d’altitude. Ils portent le préfixe Alto
  • Catégorie C : nuages bas. Leur base se situe en dessous de 2 km
  • Catégorie D : nuages à fort développement vertical. Leur base se trouve souvent en dessous de 2 km, alors que leur sommet peut s’élever bien au delà de 5 km d’altitude. Ce sont des nuages noirs (car leur épaisseur empêche la lumière de les traverser) synonymes de mauvais temps

Les Nuages

Vous trouverez ci dessous la liste des nuages les plus courants, rencontrés sous nos latitudes, et décrits avec un niveau de détail suffisant pour le PPL.

Nuages d’altitude

Ces nuages, dont la base se situe au dessus de 5 km, n’ont aucun impact sur le vol du pilote PPL VFR qui évolue dans la majorité des cas à des altitudes bien inférieures. Néanmoins ils peuvent annoncer l’arrivée prochaine d’une perturbation.

Cirrus

Ci

  • Noté Ci dans l’information météorologique.
  • Altitude entre  5 et 14 km d’altitude
  • Aspect  : en forme de filaments, ou cheveux d’anges
  • Constitués de fins cristaux de glace.
  • Aucune conséquence pour le pilote privé VFR
Cirrocumulus

Cirrocu

  • Noté Cc dans l’information météorologique.
  • Altitude entre  5 et 10 km d’altitude
  • Aspect  : en forme boules de coton de très petite taille
  • Constitués de fins cristaux de glace et parfois d’eau surfondue
  • Conséquence : annonce une instabilité des couches supérieures de l’atmosphère, le Cirrocumulus annonce l’arrivée d’un front
Cirrostratus

Cirrostrat

  • Noté Cs dans l’information météorologique.
  • Altitude > 5 500 mètres
  • Aspect  : voile blanc translucide. Le soleil est visible au travers, avec un halo autour. Sur la photo ci dessus, les cirrostratus sont en bas à droite
  • Constitués de fins cristaux de glace, leur nature est exactement la même que celle des cirrus
  • Conséquence : annonce l’arrivée d’un front

Nuages d’étage moyen

Altocumulus

Altocumulus

  • Noté Ac dans l’information météorologique.
  • Altitude entre 2 et 6 km, épaisseur environ 600 mètres
  • Aspect  : ciel dit »pommelé »
  • Constitués de gouttelettes d’eau, avec parfois la présence de cristaux de glace
  • Conséquence : pour l’avion volant suffisamment haut, l’altocumulus peut présenter un risque de givrage. Pour le pilote privé VFR, la seule conséquence remarquable est l’arrivée prochaine d’une perturbation
Altostratus

MINOLTA DIGITAL CAMERA

  • Noté As dans l’information météorologique.
  • Altitude entre 2 et 5 km, épaisseur environ 300 mètres
  • Aspect  : vaste couche blanche/grise en strates, dont on ne distingue pas facilement les bords. Elle laisse passer la lumière du soleil
  • Constitués de gouttelettes d’eau
  • Conséquence : dans de rares cas l’altostratus épais peut apporter de faibles précipitations. Très souvent il annonce le passage imminent d’un front chaud ou d’une occlusion peu active.

Nuages bas

Stratus

stratus

  • Noté St dans l’information météorologique.
  • Hauteur inférieure à quelques centaines de mètres
  • Aspect  : brouillard ne reposant pas sur le sol. Couche uniforme ou parfois déchiquetée
  • Constitués de gouttelettes d’eau
  • Conséquence : plafond très bas, le plus souvent incompatible avec le vol VFR. Risque d’incursion involontaire dans la couche nuageuse. Givrage par temps froid
Cumulus

Cu

  • Noté Cu dans l’information météorologique.
  • Hauteur variable, base en générale en dessous de 2 km mais son épaisseur peut atteindre plusieurs kilomètres
  • Aspect  : selon la taille, nuage en forme de « mouton », de beau temps. Dans sa forme la plus développée (cumulus congestus ou tower cumulus, TCU) le cumulus peut avoir l’apparence d’un nuage très menaçant
  • Constitués de gouttelettes d’eau. C’est un nuage instable, résultant de mouvements convectifs de l’air
  • Conséquence : Par beau temps, les cumulus indiquent la présence d’une forte activité convectives. Le pilote risque de rencontrer des turbulences assez soutenues. Dans des formes développées, le cumulus peut produire des précipitations
Stratocumulus

Stratocumulus

  • Noté Sc dans l’information météorologique.
  • Hauteur variable, entre 500 et 2500 mètres
  • Aspect  : ressemble à des cumulus dont le développement vertical s’est limité et les nuages se sont alors développés horizontalement jusqu’à former des strates
  • Constitués de gouttelettes d’eau.
  • Conséquence : rares précipitations (bruine en cas de température positive, neige en cas de température négative). Ils sont souvent synonymes de turbulences

Nuages à fort développement vertical

Nimbostratus

Nimbostratus

  • Noté Ns dans l’information météorologique.
  • Hauteur en général inférieure à 2 km, peut atteindre 8 km d’épaisseur
  • Aspect  : nuage de mauvais temps par excellence.
  • Constitués de gouttelettes d’eau, cristaux de glace, parfois de neige.
  • Conséquence : rares précipitations (bruine en cas de température positive, neige en cas de température négative). Ils sont souvent synonymes de turbulences
Cumulonimbus

cumulonimbus

  • Noté Cb dans l’information météorologique.
  • Hauteur en général inférieure à 2 km, peut atteindre 10 km d’épaisseur
  • Aspect  : nuage d’orage, très fort développement vertical. Vu de profil, il est facilement reconnaissable grâce à sa tête en forme d’enclume. Vu du dessous, il est également reconnaissable en raison de l’obscurité qu’il produit
  • Le cumulonimbus est une monstrueuse masse d’eau sous toutes ses formes (liquide, glace sous forme de grêle). Il est le siège de mouvements convectifs considérables. Les frottements des matières brassées dans le nuage sont à l’origine d’une charge importante en électricité statique, menant à l’apparition d’éclairs
  • Conséquence : turbulences sévères, averses de pluie réduisant la visibilité, foudre, grêle, cisaillements de vent

Le cumulonimbus est le nuage le plus dangereux en aéronautique. Un avion peut être totalement détruit en traversant un cumulonimbus. Certains témoignages parlent de courants ascendants tellement puissants qu’il est impossible pour l’avion de maintenir un palier ni même de descendre : l’avion monte en piqué. Les turbulences peuvent conduire à une rupture de la structure de l’avion. La grêle endommager fortement le parebrise ou les bords d’attaque des ailes et de l’empennage. Les avions approuvés pour voler dans le mauvais temps sont équipés de radar météo ou à défaut de stormscope, instruments qui permettent d’éviter les cumulonimbus mais n’en autorisent nullement la pénétration. La mention Cb sur une carte météo doit immédiatement vous interpeler. Le cumulonimbus est parfaitement incompatible avec le vol VFR.

Pour aller plus loin

Nuages lenticulaires

lenticulaire

Ces nuages, souvent des altocumulus, ont la forme d’une lentille, ou d’une soucoupe volante. Ils marquent la présence d’onde orographique : un vent puissant, ondulatoire, résultant le plus souvent de la collision d’un vent fort avec un relief.

Différentes espèces de cumulus

Du plus petit au plus gros :

  • cumulus humilis : élément de très petit taille, déchiqueté. En jargon aéronautique, on parle souvent de « barbules »
  • cumulus mediocris : cumulus « de beau temps », sans précipitation. Il peut toutefois se développer en cumulus congestus ou en cumulonimbus
  • cumulus congestus : aussi appelé « cumulus bourgeonnant » ou « tower cumulus » en anglais. Il est représenté par le sigle TCU dans les messages météo aéronautiques. Le cumulus congestus marque la dernière étape avant la formation d’un cumulonimbus. Le TCU peut contenir de la glace ou de l’eau surfondue dans sa partie haute. Il est le siège de turbulences sévères.

Formes « exotiques » de nuages

Quelques photos pour vous montrer simplement quelques nuages aux formes inquiétantes (souvent à raison).

Mammatus

mamma

Mammatus n’est pas un nom de nuage mais la désignation de sa forme, qui peut rappeler des mamelles. On peut trouver la forme Mammatus chez de nombreux nuages (Cb, As, Cs, Ci, Cc). Un mammatus sous un Cb (en général sous la pointe de l’enclume) est le siège de cisaillements de vent puissants et parfois de foudre. Sous les autres types de nuages, les mammatus ne présentent pas de danger particulier bien qu’ils soient très impressionnants.

Arcus

arcus

L’arcus est également une forme de nuage qui peut donner au ciel un aspect apocalyptique. C’est un nuage bas en forme d’arc, toujours associé à un orage, et se trouvant juste avant l’arrivée des précipitations. L’arcus est le signe avant coureur d’une averse violente associée à des cisaillements de vent dangereux pour le vol.